Passagers (critique)


Passagers

De : Shana CARROLL 

Mise en scène, chorégraphie : Shana CARROLL assistée d’Isabelle CHASSE  

Scénographie : Ana CAPPELLUTO 

Direction musicale : Colin GAGNE

Vidéo : Johnny RANGER 

Lumières : Éric CHAMPOUX

Costumes : Camille THILBAULT-BEDART 

 

Avec :

Kaisha DESSALINES-WRIGHTBeto FREITASMarco INGARAMONella NIVA, Mandi OROZCOSantiago RIVERAAndrew SUMNERDina SOK et Méliejade TREMBLAY BOUCHARD

A La Villette – Espace Chapiteaux

Jusqu’au 4 décembre 2022

 

On dit que la patience est toujours est toujours récompensée. Il n’est rien de plus vrai concernant le voyage en train que propose la compagnie des 7 doigts de la main. Après une saison dernière bien monotone en termes de cirque et un début de saison tout aussi ronflant. Il fallait compter sur les 7 doigts pour apporter un véritable vent de fraîcheur aux spectacles de cirque. La compagnie ne recycle pas d’anciens numéros en se contentant de changer les décors, les artistes et les costumes pas plus qu’elle ne bâcle la narration. C’est d’ailleurs tout l’inverse : Passagers explore une narration onirique bien construite autour d’une scénographie réfléchie. La façon d’amener chaque numéro est intelligente, on est, ainsi, ravi de l’apparition improbable du tissu aérien ou de l’intégration de la magnésie à la mise en scène.

Quant aux numéros présentés, bien que connus, ils sont portés ici à un nouveau niveau de difficulté et d’originalité. Un nouveau souffle bienvenu sur la proposition circassienne importée en France. Passagers n’est pas seulement du cirque : il est aussi un ballet chorégraphique hypnotisant. Les performances sont dans l’ère du temps, non genrées tout en conservant une part de séduction et d’attraction. Les limites du main à main sont repoussées. On a aussi le plaisir de retrouver un numéro trop rarement présenté, celui du portique coréen. On se rappelle avoir vu le dernier en France sur Cortéo. Il faut dire qu’ils sont peu d’artistes à maitriser la discipline avec, par exemple, un certain Beto FREITAS, vu également au Cirque du Soleil qu’on retrouve ici dans Passagers en tant que receveur aux côtés du dépliant Andrew SUMNER. Les deux voltigeurs performent dans un numéro qui réunit grâce et force. Complètement dingue ! Mais ce n’est pas tout, après avoir porter la toque dans Cuisine & confesssions, la compagnie amène maintenant du chant. Alors quand en plus, les paroles en français sont interprétés avec l’accent guatémaltèque de Santiago RIVERA, le résultat n’en est que plus charmant ! Notons d’ailleurs, et c’est une marque de fabrique des 7 doigts, les trouvailles de titres musicaux toujours merveilleuses soulignées par de bons effets visuels.

Nos cousins du Canada, les 7 doigts, innovent, surprennent et jamais ne nous déçoivent.

Quand dans le même spectacle on esquisse un sourire à un moment et qu’on pleure ou qu’on frissonne à un autre, le contrat est plus que rempli.

L’histoire

Le temps d’un trajet, les usagers d’un train métamorphosent leur compartiment en aire de jeu propice aux confidences.

La cadence du voyage insuffle son rythme au paysage sonore, les bagages s’ouvrent, les cœurs révèlent leur émerveillement et leur tristesse. Portée par des musiques originales et une distribution internationale, la piste combine théâtre, danse, acrobatie, projection et convie le public au partage d’une poignante échappée poétique.

 


Crédit photo : Alexandre GALLIEZ

 

SITE OFFICIEL

BILLETTERIE

 

Aurélien

Reply

Leave a comment.