Huckleberry Finn, Le Musical (Critique)

Hucklberry Finn, Le Musical

D’après le roman de Mark TWAIN

Adaptation Didier BAILLY et Hélène COHEN

Mise en scène Hélène COHEN

Musique Didier BAILLY

Avec : Morgane L’HOSTIS, Joël O’CANGHA et Alain PAYEN

Jusqu’au 7 septembre 2019

Au Théâtre de la Huchette

Décidément ! Après La Poupée Sanglante, L’Ecume des Jours et Comédiens ! (pour ne citer qu’eux,) c’est à nouveau un bijou que Franck DESMEDT a choisi de programmer dans son théâtre de la Huchette !

Tout d’abord, soulignons que l’œuvre de Mark TWAIN est respectée dans la mesure où Tom Sawyer est davantage destiné à un jeune lectorat et utilise donc un ton plus léger qu’ Hucklberry Finn qui est, à l’inverse, beaucoup plus sombre. Les deux personnages sont d’ailleurs, bien qu’amis, très ambivalents. Si les deux garçons prennent les choses par dessus la jambe, Hucklberry est un gamin qui en a vu des vertes et des pas mûres dans son enfance. Il n’y a d’ailleurs dans ce musical aucun place pour Tom Sawyer… C’est avec un autre ami, adulte et lui aussi dans la douleur, que l’histoire se déroule. Et comme elle se déroule avec panache. Les comédiens profitent d’une mise en scène sans temps mort si bien que même quand ils passent du jeu au chant, cela se fait de façon naturelle. On pourrait d’ailleurs souligner qu’ils ne chantent pas, ils jouent le texte sur des notes. Des notes qui nous transportent à la Nouvelle-Orléans sans qu’on ait besoin de naviguer. On s’attend d’ailleurs à voir surgir depuis le fond de la salle un harmonicistes ou un joueur de cajun. La musique se fait aussi bruitages et percussions anatomiques pour notre divertissement et émerveillement. Le plus magique, c’est que sur ces sonorités très locales, on se sent malgré tout sur Broadway grâce justement à cette maîtrise, un peu trop rare sur le musical de l’exagone, du jeu, du chant et de la danse. Alors la danse, puisqu’on en parle, on assistera même à ce qui s’assimile à une performance de claquettistes mais pieds nus !!! Invraisemblable et réussie ! Dans tous ces transports et cette mixité, on a les effluves des épices cajun et le jambalaya : un mélange de technique et de maîtrise qui ferait de ce spectacle un plat aux multiples saveurs épicées, sucrées et bien sûr généreuses.

Quand à la scénographie, elle termine d’apporter son lot de poésie dans un monde de brutes. On y retrouvera les inspirations du long métrage de Disney : La Princesse et la Grenouille dans une atmosphère paradoxalement mignonne et puissante ! On se balade à mi chemin entre la maison de poupée et un grand chapiteau jouant d’effets de théâtre ancestraux et d’une lumière suffisante pour s’ancrer dans la rêverie.
Aucun des comédiens n’est au dessus de l’autre. Ils sont tous, à leur manière, incarnés et désincarnés. A noter tout de même, qu’on oublie aisément le p’tit bout de femme qui se cache derrière le jeune Huck !

Pour la faire courte, La Huchette vogue encore sur un spectacle qui réjouira les théâtreux comme les amateurs de musical.

 

L’histoire

1850, dans l’Amérique esclavagiste. Huck, un gamin maltraité et Jim, un esclave en fuite, tentent d’atteindre les territoires libres… Adaptation en comédie musicale du célèbre roman de Mark Twain, Huckleberry Finn est un parcours initiatique truculent, satirique et idéaliste. Magnifique histoire d’amitié, c’est aussi une critique féroce d’une société injuste et bien-pensante.

SITE OFFICIEL

BILLETTERIE

TRAILER

 

Aurélien.

Reply

Leave a comment.