12 Hommes en Colère (Critique)

12 Hommes en Colère

de Reginald ROSE

Mise en scène par Charles TORDJMAN

Avec Jeoffrey BOURDENET, Antoine COURTRAY, Philippe CRUBEZY, Olivier CRUVEILLER, Adel DJEMAÏ, Christian DRILLAUD, Claude GUEDJ, Roch LEIBOVICI, Pierre Alain LELEU, Francis LOMBRAIL, Pascal TERNISIEN, Bruno WOLKOWITCH

Adaptation française : Francis LOMBRAIL

Assistante Mise en scène : Pauline MASSON

Décors : Vincent TORDJMAN

Lumières : Christian PINAUD

Costumes : Cidalia DA COSTA

Musiques : Vicnet

Jusqu’au 7 janvier 2018

Au Théâtre Hébertot

Dans une atmosphère où la tension est palpable, où la scénographie fait en sorte que l’on se retrouve enfermé entre quatre murs dans le même inconfort psychologique que les 12 jurés, 12 Hommes en Colère est un huis clos prenant, palpitant qui nous interroge sur le parcours de chaque individu, sur ses préjugés, son passé et comment tout cela influe, inconsciemment, sur notre jugement.
Au delà de l’issue du récit qui se joue devant nous dans  une action en temps réel, c’est le chemin qui faut parcourir pour arriver à la conclusion, et non la conclusion elle-même, qui est intéressant.
Le texte est amené avec puissance comme une sorte de chorégraphie verbale grâce à douze comédiens aux parcours, aux origines aussi différents que peuvent l’être leur personnage. Et il ne doit pas être évident pour eux d’évoluer sur un espace aussi réduit et abrupte quand on est douze. Interagir avec candeur sans que la pièce, lors des conflits, ne vire à la cacophonie. Chacun apporte sa pierre à l’édifice au moment opportun mais souvent avec surprise. Tout à fait brillant et magistrat(le) !

L’histoire

Etats-Unis. 12 hommes, au cours de la délibération d’un procès, ont la responsabilité de juger un jeune homme accusé de parricide. Si pour 11 d’entre eux sa culpabilité est évidente, un juré va émettre des doutes. Or il faut l’unanimité pour prononcer un verdict. Une vie est entre leurs mains. C’est l’acquittement ou la chaise électrique.


Crédit Photo : Laurencine LOT

SITE OFFICIEL

BILLETTERIE

Aurélien.

Reply

Leave a comment.