La Métamorphose des Cigognes (Critique)

La Métamorphose des Cigognes

De : Marc ARNAUD

Mise en scène : Benjamin GUILLARD
Lumières : François LENEVEU
Avec : Marc ARNAUD 

 

Au Théâtre du Train Bleu (Avignon 2021)

à partir du 7 juillet 2021

 

A La Scala Paris

à partir du 12 novembre 2021

Un gobelet blanc pour unique décor… Le ton est donné !
Marc ARNAUD est ici une victime sans jamais le montrer ni s’en plaindre. C’est là toute la subtilité du texte. Le sujet est lourd, le ton est léger.
Il joue tous ses personnages avec vérité. Il parvient, dans un jeu de comédien parfait, à jouer les interactions entre eux tant verbalement que physiquement avec par exemple, le passage d’un objet d’un personnage à un autre. On y croit ! On ne voit pas un comédien mais une histoire. C’est d’ailleurs davantage une pièce de théâtre qu’un one man show et cela aussi, mérite d’être souligné. Cela relève du prodige.
Dans son texte, il use de ce qu’il faut de folie et de sagesse pour aborder tourmente et sexualité avec aisance. L’intime est percé à jour sans que le public ne sombre dans le voyeurisme.
La Métamorphose des Cigognes relève et réussi le défi d’aborder un sujet tabou avec humour !

L’histoire

La métamorphose des cigognes est l’histoire violente et légère d’un homme enfermé entre quatre murs face à un gobelet vide. Pendant une heure, cet homme essaye de suivre le protocole sans lequel son projet ne verra pas le jour : faire un enfant par fécondation in vitro. Au gré des apparitions de personnages qui se veulent délirants à force de se vouloir pragmatiques, Marc Arnaud poétise une situation plus que triviale et fait de l’endroit sordide où il est enfermé le pays fantastique de son imagination.

BILLETTERIE (PROCHAINEMENT)

SITE OFFICIEL

Aurélien.

Reply

Leave a comment.